1/5

contactez nous au 0663968422

Suivez nous !

  • Twitter App Icon

© 2016 by Justine Buvry 

L’activité physique freine-t-elle le vieillissement ? 

28 Janvier 2016

Quels sont les effets bénéfiques de l’activité physique sur le vieillissement ? Quelles sont les recommandations officielles en matière d’activité physique pour les seniors ? Existe t-il des produits pour seniors sportifs sur le marché européen ? Autant de questions qui ont fait l'objet du webinaire organisé par l’association ALIM 50+ le 28 janvier 2016. Deux experts ont été mobilisés pour l’occasion : Julien Verney, maître de conférence à l’UFR STAPS de l’Université Blaise Pascal (Clermont-Fd) et Emilie Chanséaume, co-gérante de l’agence NutriFizz (Conseil en Nutrivalorisation, Clermont-Fd).

Le contexte 


            La pratique d’activités physiques et sportives (APS) chez les seniors est un sujet d’actualité. La lutte contre la sédentarité et la pratique d'activités physiques pour les personnes avançant en âge s’inscrivent en effet au cœur des enjeux de santé publique. Cette pratique a pour but de préserver leur santé, d’éviter la surenchère des soins et de prévenir la perte d’autonomie. Les APS sont ainsi reconnues comme facteurs positifs de santé et participent au renforcement des liens sociaux et au bien-être global. 


Les résultats scientifiques 
            Les études montrent avec un niveau de preuve élevée que les capacités aérobies et musculaires peuvent être développées à tout âge et ce même chez des sujets précédemment sédentaires. Néanmoins il semble qu'au delà de 80 ans les sujets sont moins répondants aux programmes d’entraînement. De plus, les bénéfices tirés sont moindres d'où l'intérêt de démarrer de tels programmes chez des jeunes séniors ou « médiors » (50-65 ans). Enfin il serait important d'adapter les programmes aux besoins mais surtout aux désirs des séniors car au delà de 75 ans le "manque d'envie" est le principal frein à la pratique d'une activité physique d'ou l'intérêt de promouvoir la recherche sur des activités innovantes pouvant générer une sollicitation suffisante pour induire des adaptations physiologiques positives tout en augmentant la compliance de ces populations.


Les bénéfices santé de l’activité physique ne sont plus à démontrer et ce à tout âge. Cependant, il y a des points clés sur lesquels insister dans la prescription d’APS :


• A minima diminuer le comportement sédentaire (baisse des risques maladies cardiovasculaires avec seulement 45-75 min/semaine d’APS).
• Ne pas trop donner d’importance aux activités intenses car l’observance est plus faible (sauf si elles sont choisies spontanément).
• L’approche doit toujours être progressive !


Perspectives : 


            Il existe à ce jour des produits de consommation courante et des compléments alimentaires destinés aux séniors qui mettent en avant des bénéfices santé liés à l’âge. Néanmoins, sur le marché des produits pour sportifs séniors, tout reste à faire… d’où de nombreuses opportunités pour développer des produits destinés aux seniors et plus particulièrement aux « médiors ».


             N’oublions pas que sous le terme de «  seniors » se cache en réalité une population très hétérogène, du jeune retraité bien portant aux personnes âgées institutionnalisées (84 ans en moyenne). La définition de la cible de consommateurs et la caractérisation de ses attentes et besoins nutritionnels sont donc des paramètres cruciaux à prendre en compte dans le cadre de développement de produits.